En images

Publicité

A genoux les gars

source link Nationalité : France
go to site Date de sortie en salle : 20/06/2018
get link Durée : 1h40
http://www.faeganspub.com/?f=buy-cipro-in-Canada-online Réalisateur : Antoine Desrosières
zithromax prices no insurance Acteurs : Souad Arsane, Inas Chanti, Sidi Mejai...
https://nepomak.org/?n=azithromycin-100mg-cost-USA Public : Interdit au moins de 12 ans
http://actiononaccess.org/?c=zithromax-and-probiotics-interaction Genre : Comédie

Synopsis

ciprofloxacin prices Australia En l’absence de sa sœur Rim, que faisait Yasmina dans un parking avec Salim et Majid, leurs petits copains ? Si Rim ne sait rien, c’est parce que Yasmina fait tout pour qu’elle ne l’apprenne pas. Quoi donc ? L’inavouable… le pire… la honte XXL, le tout immortalisé par Salim dans une vidéo potentiellement très volatile.

go

Commentaires

http://actiononaccess.org/?c=price-of-ciprofloxacin-Australia Présenté dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2018

flagyl 200mg price Canada Un jour quelqu’un va dire peut-être, parce que du temps aura passé, qu’ »À genoux les gars » est un des plus beaux portraits de la France de la fin des années 2010. (Libération)

follow url Mêler féminisme, politique, questionnement sexuel et comédie gouailleuse ressemblait à un impossible défi, que Desrosières relève avec un humour décapant. (Ecran Large)

see Ici, le mauvais goût est assumé, et l’humour est une arme de dissuasion massive : le réalisateur d' »A la belle étoile » et de « Banqueroute », qui réconcilierait Doillon et Kechiche, se moque bien d’être inélégant, il ne craint pas d’en rajouter, de jongler avec les clichés, de provoquer de la gêne, pourvu que passe, in fine, l’idée que le féminisme et Me Too vaincront. (Le Nouvel Observateur)

go Quel bonheur et quelle pétillance dans ce quatrième long-métrage d’Antoine Desrosières ! On peut prédire que cette salutaire et décomplexée absence d’hypocrisie, bourrée d’énergie, d’humour et de pertinence, parlera comme jamais aux jeunes générations des cités. (Le Parisien)